-A +A
Fred Bourguignon - Infigurations

FRED BOURGUIGNON - Infigurations - Château de Bonaguil - 2021 

Les toiles et les fixés sous verre présentés dans La Grande salle et dans l'Oratoire du château sont une incitation à redécouvrir ou découvrir l'œuvre d'un peintre que critiques et historiens de l'art estiment aujourd'hui des plus importantes.

Fred Bourguignon est né le 2 novembre 1916 au Château-d'Oléron situé sur l'Île d’Oléron, un endroit où les anciennes cabanes de pêcheurs, devenues ateliers d’artistes ont été repeintes de couleurs puissantes qui semblent, étrangement faire écho aux couleurs de ses toiles. 

D'abord poète, il publie dès 1939 plusieurs textes dans des revues fondées et dirigées par le poète pacifiste et libertaire Pierre Boujut, telles que «Regain» (en hommage au Regain de Giono ) ou au sortir de la deuxième guerre mondiale « La Tour de Feu » dont il devient par ailleurs le secrétaire de rédaction. 

En 1945, sans pour autant arrêter d'écrire - puisqu'il nous a laissé 39 recueils de poésie et autres textes - il devient pour plus de 60 ans résolument peintre et quel peintre ! 

En 1956, avec des artistes aussi essentiels que Bryen (1907-1977), Tapié (1909-1987) , Matthieu (1921-2012) etc. - tous tenants de l'Abstraction lyrique - il signe un manifeste sur l'Art avec pour mot d'ordre programmatique : l'Infiguration . 

La peinture de Fred Bourguignon ne cherche pas à démontrer mais à montrer et ne veut pas représenter mais rendre directement présent l’émotion, la sensation, le sentiment éprouvé par l'artiste au moment de l'acte pictural et qu'il veut offrir en partage à celui qui regardera ses tableaux, faisant de lui son contemporain par-delà le temps. En cela, elle devrait se rattacher elle aussi au mouvement de l'Abstraction lyrique (refus du géométrisme, du constructivisme, de la ligne au profit de l'expression directe par le geste et la couleur). 

Fred Bourguignon aimait aussi à séjourner dans l’art comme dans la vie, dans les marges, les lisières, jaloux de sa liberté, "tout à sa peinture à lui et à elle seule», une peinture libre comme lui. 

Fred Bourguignon meurt à Bonaguil le 17 mars 2008. Il repose dans le cimetière du village Le Château-d’Oléron, dans une tombe ceinte d'une grille en fer forgé par endroits joliment rouillée, autour de laquelle parfois poussent des fleurs sauvages de toutes les couleurs.